Revendications

OUTrans exige :

  • La dépathologisation des transidentités, leur retrait du Manuel Diagnostique et Statistique des troubles Mentaux (DSM V) et leur reclassification dans une catégorie non pathologisante dans la Classification Internationale des Maladies (CIM 10)
  • La dépsychiatrisation effective des transidentités parce qu’il est intolérable que les différentes étapes de la transition restent soumises au bon vouloir des psychiatres
  • Un réel échange entre la Hautre Autorité de Santé, le Ministère de la Santé, les personnes trans et les associations qui les représentent, pour que les personnes trans, qui sont les premières concernées, soient enfin actrices dans la révision du rapport sur la prise en charge des transidentités en France
  • Le changement de la mention de sexe à l’état civil selon une procédure libre et gratuite, en mairie, sans condition médicale (ni stérilisation, ni suivi psychiatrique), sans homologation par un juge
  • Le démantèlement des équipes et protocoles hospitaliers et la formation des médecins et chirurgien·ne·s françai·se·s pour un suivi médical de qualité, respectueux et dépsychiatrisé
  • Le respect de l’article R4127-6 du code de Sécurité Sociale qui garantit à chacun·e le libre choix de son médecin
  • Le remboursement à 100% des frais médicaux de transition sans condition, y compris à l’étranger
  • Des études épidémiologiques sur la santé des personnes trans, et en particulier sur la prévalence du VIH/sida/IST
  • Des campagnes de prévention contre le VIH/sida, les hépatites et les IST en direction des personnes trans
  • La suppression de la mention de sexe à l’état civil et sur l’ensemble des documents d’identité
  • L’accompagnement des enfants et adolescents dans leur autodétermination (respect et protection du genre et des prénoms et genre choisis, accès aux traitements hormonaux et/ou bloquant la puberté et/ou aux opérations sur la base du consentement éclairé, accès au changement d’état civil)

Les commentaires sont clos.